« Je n’ai pas d’intuition… Vraiment ? »

« Je n’ai pas d’intuition! » 

… Vraiment ? 

 

J’entends souvent cette phrase lorsque j’évoque mon terrain de recherche et de passion. Quand je guide chacun et chacune à retrouver son profil intuitif, plusieurs réagissent avec cette réflexion qui tombe comme un avis définitif : « moi je suis rationnel, très cérébral, je n’ai pas d’intuition du tout. C’est normal ? » demandent-ils(elles) en me souriant, avec une ouverture sincère dans leur voix, et un regard qui se pose dans le mien.

C’est tout à fait normal, oui, de penser cela. En réalité, vous ne l’êtes plus. Autrefois, votre intuition était tout aussi vive que la mienne aujourd’hui. Comment viviez vous l’intuition quand vous étiez enfant ?

Cette question plonge invariablement mes interlocuteurs dans une pensée attendrie, quelque chose en eux se souvient en effet d’une posture plus sensible et plus spontanée…mais c’est si loin ! Notre culture, notre système scolaire, les attentes de notre famille :  tout a contribué à nous couper de ce flux d’informations qu’est l’intuition, ce flux qui est pourtant naturel, universel et inné.

Ne pas avoir d’intuition, c’est impossible!

Ne pas avoir d’intuition, c’est un résultat, une conséquence. Celle d’avoir vécu une réduction, une atrophie  et parfois une disparition des connections neuronales qui permettaient à l’enfant que vous étiez d’être réceptif(ve) au monde qui nous entoure et à son langage.

Ne pas être intuitif(ve), c’est parfois douloureux. De temps en temps ressurgit quelque chose comme un manque, un vide en soi. Et puis faute de repères pour retrouver ce qui a été perdu, on « fait avec » et on retourne dans le torrent de notre existence occidentale contemporaine.

notre intuition est comme un belle aux bois dormant. aurez-vous la vaillance de la réveiller ?
Notre intuition est comme un belle aux bois dormant. Aurez-vous la vaillance de la réveiller ?

Le remède à ce vide est souvent un plongeon total dans l’hyperactivité, la gestion de milliers de choses qui s’ordonnent rationnellement et que l’on pense maîtriser, dans une vie qui se construit plus qu’elle ne s’éprouve… Sauf à quelques moments clés… Lorsque le cœur s’émeut dans une rencontre, à la lecture d’un livre qui nous touche ou en découvrant une œuvre artistique forte et subtile. Lorsque l’intangible vient souffler à nos  fenêtres et semble nous murmurer : « viens ! »

Ou plutôt : « reviens »… Parfois cela remonte à loin, l’enfance… Ce qui est sûr c’est que nous avons tous au moins été intuitifs, et que certain(e)s ont oublié cette faculté dans une cabane au fond de leur jardin intérieur.

L’expérience me le montre depuis seize ans, rien n’est perdu ! Notre intuition est comme un belle aux bois dormant. Aurez-vous la vaillance de la réveiller ? Car elle vous attend… Car ne pas avoir d’intuition, c’est impossible. C’est une question de survie depuis que nous sommes apparus sur la terre. C’est dire !

Sans intuition contextuelle, notre espèce n’aurait pas survécu à nos prédateurs. Leurs avantages sensoriels étaient tout simplement écrasants. Juste un exemple : Comparer notre odorat à celui d’un canidé (chiens, loups, coyotes, etc.), c’est comparer la taille d’un timbre poste avec celle d’un…terrain de football. Alors avec quoi avons nous lutté, et gagné contre nos prédateurs ? Avec notre intelligence « supérieure »? Ok, si on veut, mais laquelle ?

Intuition: notre premier outil de survie

Ce n’est pas en raisonnant que nous avons survécu à ceux qui nous flairaient de loin avant de nous sauter dessus. Non, c’est avec une autre intelligence que l’humain a survécu. Une intelligence qui ne raisonne pas, parce qu’elle va bien plus vite qu’un raisonnement. C’est grâce à l’intelligence intuitive que nous avons survécu, celle dont Henry Bernstein disait malicieusement «  c’est l’intelligence qui a commis un excès de vitesse ».

l’instinct est à l’intuition ce que la déduction est au raisonnement complexe : la base, l’origine.
L’instinct est à l’intuition ce que la déduction est au raisonnement complexe : la base, l’origine.

Imaginez une scène quotidienne d’un passé très, très lointain. Plaçons-nous il y a plusieurs dizaines de milliers d’années, dans une clairière, en fin d’après midi. Quelques femmes cueillent des baies pour le dîner, elles forment un petit groupe épars. Elles papotent tranquillement. L’une d’entre elles tourne son visage vers son dos, pour jeter un œil à son dernier né. Il dort paisiblement, lové dans une peau de renard, calé contre son dos. Tout va bien mais soudain, elle fronce les sourcils. Sans savoir pourquoi, sans qu’aucun son ni odeur particulière ne lui parviennent consciemment, elle lâche le crâne d’ours qui contenait toutes les baies patiemment cueillies depuis deux heures, et se précipite vers un arbre qu’elle grimpe prestement. Un loup tapi dans un buisson voisin n’a que le temps de bondir sur l’emplacement qu’elle vient de quitter en sautant dans l’arbre. Si elle avait choisi de courir vers la grotte pour s’abriter, le loup l’aurait rattrapée, elle aurait perdu son bébé. Or l’animal ne sait pas grimper aux arbres. Comment a-t-elle choisi ? Une image lui est venue ; l’arbre. Et l’instinct de grimper le plus vite possible vers les plus hautes branches. Son bébé est sain et sauf. Le loup devra trouver autre chose à se mettre sous la dent, parce que décidément, ces humains n’ont pas grand-chose à leur opposer pour se défendre mais, va savoir comment, ils se débrouillent très souvent pour leur échapper quand même. L’instinct !

Oui, c’est bien ça : l’instinct. Souvent fascinant à observer chez les mères de tous petits. L’instinct est la forme la plus ancienne de notre intuition. L’instinct est à l’intuition ce que la déduction est au raisonnement complexe : la base, l’origine.

Nous n’avons plus de prédateurs aujourd’hui. Ou bien, disons que nous nous suffisons à nous-mêmes dans le registre de la prédation. Et dans le business par exemple, l’instinct est devenu le flair. Le « gut-feeling » comme l’appellent les américains.

C’est pourquoi, si vous pensez manquer d’intuition, ce n’est pas un fait de votre nature, mais de votre éducation et de notre culture.

Intuition: Une histoire d’éducation

Enfants, nous sommes tous intuitifs et instinctifs. C’est en passant huit heures par jour pendant quinze à vingt ans à l’école que nos capacités intuitives ont baissé, voire chuté.

Reconnectez-vous à l'intuition de votre enfance
Reconnectez-vous à l’intuition de votre enfance

Déçus de ne pas être valorisés en nous appuyant sur notre intuition, nous l’avons massivement délaissée, voire rejetée, et douté de son bien-fondé et même de son existence, encouragé par les sarcasmes de ceux qui nous ont formés, et parfois déformés.

Certains échappent à la règle. L’intuition continue de se manifester en eux malgré les avis de la majorité et souvent bien malgré eux aussi. Ceux-là se taisent ou bien acceptent de passer pour des originaux ou des fous.

Ceux qui obtiennent de bons résultats avec leur intelligence rationnelle sont encouragés à devenir des experts de certains circuits neuronaux, qui seront de fait très efficaces… au dépend d’une autre activité neuronale, qui procure d’autres informations. Certains ne lâchent pas leur part intuitive mais s’y relient secrètement, presque comme si c’était tabou, les autres l’oublient et passent à côté de cette richesse non linéaire qu’apporte l’intuition.

Les connexions neuronales dédiées à la perception de notre environnement, à la captation de signaux faibles concernant le comportement d’autrui ne sont plus nourries, s’atrophient et se raréfient. Les petits détails qui laissent entrevoir subtilement une évolution probable nous échappe peu à peu et un jour, on en conclut que nous ne sommes pas intuitifs. En réalité, vous le voyez, vous ne l’êtes plus, votre intuition s’est endormie.

C’est un résultat, une conséquence d’un entraînement cognitif général. Jusqu’à présent, notre système scolaire génère cet entraînement. Les propositions de l’éducation alternative remettent tout cela en question, et soulignent enfin l’importance de l’éducation. Quel bonheur et quel honneur pour moi d’avoir par exemple été invitée à intervenir sur le thème de l’intuition auprès de l’équipe pédagogique de la MGIS (Mahatma Gandhi International School), une des 20 premières écoles de l’Inde qui propose depuis 20 ans un parcours d’exception à ses élèves de tous horizons. La MGIS a introduit l’intuition dans les fondamentaux de leur pédagogie en février 2018 et les fondateurs viennent essaimer leurs méthodes et leur philosophie en France et dans toute l’Europe. https://www.mgis.in/fr/about-us/

Dans l’enseignement traditionnel en France, il n’est pas encore question de cela. Pour les élèves, il s’agit de s’appliquer à correspondre point par point, de façon linéaire et logique, aux attentes.des professeurs, notamment dans les épreuves écrites. Notre créativité n’est pas sollicitée parce que l’on nous demande de savoir suivre une consigne, pas de deviner, ni percevoir intuitivement le résultat auquel elle nous conduit. Le bon élève est celui qui sait produire une réponse correspondant formellement aux attentes du correcteur et pas celui qui laisse son imagination inventer une réponse singulière. Tant mieux pour la rigueur, dommage pour l’intuition.

Quant à l’espace et au temps nécessaire à notre esprit pour divaguer en paix afin de faire des liens improbables et produire des idées neuves, penser « out of the box », cela devient presque impossible dans un monde où l’ennui a mauvaise réputation. Dommage pour l’intuition visionnaire qui en a tant besoin !

Le fonctionnement de notre cerveau est à son optimum lorsque nous nous reposons dans un canapé, lorsque nous prenons une douche, et que nous ne travaillons pas… Ce n’est pas moi qui le dit, mais mon amie Isabelle Simonetto, docteur en neurosciences, neurobiologiste spécialiste des perceptions.

Comment se reconnecter à son intuition ?

Jeux, exercices, explications, développez votre sixième sens!
Jeux, exercices, explications, développez votre sixième sens!

La (très) bonne nouvelle, c’est qu’il est possible de nous reconnecter à cette merveille qu’est l’intuition humaine ! 

Comment ?  En trouvant à nouveau le temps de buller, ne serait-ce qu’une demi journée par semaine, en méditant, parce que la méditation replace notre attention sur notre corps et les signaux faibles qu’il émet. Et surtout, en vous faisant confiance, en retrouvant le goût de la devinette, du jeu, du ressenti, en retrouvant confiance en VOUS !

Justement  parce que c’est une question de survie, notre système sera toujours favorable à développer une capacité qui puisse nous doter d’informations plus nombreuses, plus pertinentes, plus rapidement….c’est à dire en renforçant notre intuition.

J’ai conçu le site intuitionopensource.com pour cela, pour diffuser des jeux, exercices, explications à propos de l’intuition. Soyez les bienvenus pour cheminer vers cette fidèle amie de votre enfance, votre flair, votre sixième sens : vous vous sentirez relié à une richesse de plus, un atout essentiel.

Vous vous reconnaissez dans ce parcours qui vous a coupé(e) de votre intuition ? Vous vous voyez exclusivement comme un(e) grand(e) rationnel(le) ? Ce serait très riche de partager votre avis, vos souvenirs dans un commentaire. Quelle trace laissent les injonctions de l’école ou de la famille vis à vis de votre imaginaire, votre rapport à l’intangible, l’inconnu ?  J’ai hâte de vous lire et même converser avec vous !

Pour aller plus loin…

Visionnaire, contextuelle, relationnelle, spirituelle: Quelle est votre intuition dominante?

Intuition, l’énergie renouvelable indispensable en entreprise

 

Photo Credits:

Kats par suju sur Pixabay

Brain par johnhain sur Pixabay

Bois dormant par Kasper Rasmussen sur Unsplash

Plage par Thom Holmes sur Unsplash

Loups par Comfreak sur Pixabay